Le Nuage Mandarin Atelier Calligraphie & Peinture

La Calligraphie

书法, Shu fa, signifie : “méthode, art de l'écriture » ; ou 书道, Shu dao, “voie de l’écriture”.

Il existe différents styles : sigillaire, chancellerie, régulière, semi-cursive, cursive.
Mouvement de la vie et résonance rythmique, elle permet par une bonne maîtrise du geste, de calligraphier sur le vif, avec pour visée, l'expression de sentiments, la création d’effets visuels puissants.

La calligraphie chinoise est reconnue par Le Patrimoine Culturel Immatériel en 2009, cliquer ici pour voir: parhttp://www.unesco.org/culture/ich/fr/RL/la-calligraphie-chinoise-00216

« Le maître bouddhique », calligraphe inconnu.

 

Aller voir les ateliers en cliquant ici

Styles de calligraphie chinoise :

  1. Calligraphie Sigillaire (篆书 Zhuan Shu). Créée au temps de la première réunification de la Chine par l’empereur Qin (222 ans avant J.C.), c’est la première écriture exécutée avec le pinceau chinois. Les traits sont fermes sans raideur et souples sans mollesse. Ce style donna naissance à l'histoire de la calligraphie extrême-orientale, qui a été transportée par les moines bouddhistes dans les cours impériales de Corée et du Japon, trois siècles plus tard.

 

  1. Calligraphie Chancellerie (隸書 Li Shu). On l'appelle également écriture du fonctionnaire ou écriture du scribe. Elle est le résultat d’une volonté de simplification du tracé des caractères. Le style s’est développé durant la dynastie des Han grâce à l'invention du papier par Cai Lun en 225 après J.C. Les caractères chinois d'aujourd'hui, proviennent de la forme de cette écriture.

 

  1. Calligraphie Chancellerie-cursive (章草 Zhang Cao). Elle s’est formée en Chine pendant les dynasties Han. C’est une forme de cursive dérivée du style de chancellerie, plus rapide, plus informelle. Les traits successifs font parfois l'objet de ligatures. C'est un style précurseur de tous les autres styles cursifs.

 

 

  1. Calligraphie Régulière ( Kai Shu). Elle apparaît sous les Han au cours du IIIe siècle. Stylistiquement, elle se caractérise par une grande stabilité, l'abandon définitif de courbes directes et d'angles aigus, la possibilité de n'utiliser qu'un nombre défini de traits fondamentaux, des horizontales montant discrètement de la gauche vers la droite, et une modification des techniques d'attaque des traits. 

 

  1. Calligraphie Semi-cursive (行草Xing Cao). Elle dérive d’une écriture de chancellerie cursivée et de caractères réguliers, et se caractérise par des ligatures plus fréquentes entre les traits. Le tracé ne suit pas les règles strictes du style régulier et permet quelques variantes individuelles. La structure des caractères peut être dense ou lâche, oblique ou verticale, et peut également varier selon leur taille. Toutes ces caractéristiques donnent aux œuvres une cadence certaine ainsi qu'un rythme vif. 

 

  1. Calligraphie Cursive. (草书Cao Shu). Littéralement style d' « herbe » ou « de paille », les Chinois l'appellent aussi «écriture au gré de la volonté » ou «écriture à l'écoute de l'humeur ». Tous les traits d'un même caractère sont abrégés, liés entre eux; la plupart du temps, les caractères s'enchaînent les uns aux autres, ce qui les rend pratiquement illisibles pour les Chinois. Les autres styles d'écriture répondaient à des règles contraignantes imposées en général par le pouvoir impérial, ce qui toutefois n'empêchait pas les artistes d'exceller. Même si ce style est surprenant de modernité par l'abstraction virtuose du tracé des caractères, il n'est pas nouveau puisqu'il a fait son apparition à une époque de grands troubles sociaux, au début de la dynastie des Han, vers 200 après J.-C., par rébellion à l'autorité. Une manière pour les intellectuels d'affirmer leur volonté de sortir des sentiers battus.

Aller voir les ateliers en cliquant ici

metier-dart-pays-de-la-loire